colloque sur l’antarctique/ 29 JUin2017, Hommage à Michel Rocard…et à Greenpeace

Le colloque sur l’Antarctique qui se tenait le 29 juin dernier à l’Institut océanographique de Paris a été l’occasion de rendre hommage au rôle pionnier de Michel Rocard, Premier ministre, puis ambassadeur des Pôles, dans la défense du continent blanc.

Ce colloque, tenu à l’occasion du premier anniversaire de la mort de Michel Rocard, était organisé par l’Institut Océanographique/ Fondation Albert Ier Prince de Monaco, la Fondation Prince Albert II de Monaco, l’ONG Pew Charitable Trusts, et la Coalition pour l’Antarctique et l’Océan Austral (ASOC), avec le soutien logistique du Varda Group de Rémi Parmentier. Ainsi que l’a précisé à la tribune Robert Calcagno, directeur général de l’Institut océanographique, l’objectif était aussi de faire connaître les initiatives de la France, de l’Australie et des pays européens en faveur d’un réseau d’aires marines protégées en Antarctique. En préambule, un message vidéo du Prince Albert II de Monaco rendant hommage à Michel Rocard a été diffusé, suivi d’une vidéo de l’ancien Premier ministre, reçu dans ces mêmes lieux il y a 2 ans, dans lequel il affirmait que l’ Antarctique est un « bien public universel » à défendre avec énergie. Stephan Brady, ambassadeur d’Australie en France, a ensuite pris la parole pour rappeler que le protocole de 1998 de protection de l’Antarctique avait été rendu possible par la coopération franco-australienne nouée alors que Michel Rocard était Premier ministre, et pour affirmer l’engagement de son pays pour les aires marines protégées et le respect de l’interdiction de l’activité minière dans ce continent.

Une première table ronde, animée par Claire Nouvian, fondatrice de l’association Bloom, a réuni trois acteurs impliqués dans l’interdiction des forages et mines en Antarctique : Jim Barnes, cofondateur et directeur exécutif de l’ASOC, Kelly Rigg, coordinatrice de la campagne Antarctique de Greenpeace entre 1984 et 1992, aujourd’hui co-directrice du Varda Group, et Brice Lalonde, ministre de l’Environnement de 1988 à 1992 dans le gouvernement de Michel Rocard, aujourd’hui président de l’Académie de l’eau.

Jim Barnes a souligné le rôle de l’ASOC, créée en 1978, contre la Convention pour l’exploitation de minerais signée en juin 1988, mais tuée dans l’oeuf en 1989 avec l’annonce par Hawke (Premier ministre australien) et Rocard qu’ils ne la ratifieront pas. L’ASOC a aussi beaucoup oeuvré pour le traité de protection de l’Antarctique, signé à Madrid le
1er octobre 1991 et entré en vigueur en 1997.
De son côté, Kelly Rigg a évoqué les manifs de Greenpeace dans les villes occidentales, l’installation d’une station scientifique en Antarctique, les expéditions contre les pistes aériennes. Brice Lalonde, quant à lui, a raconté que Rocard adorait la mer, était passionné par la planète et (fait rare dans la classe politique française !) parlait bien anglais. Pour ce protestant, il faut effacer la tache de l’affaire Greenpeace encore toute récente (1984) en renouant des relations avec l’Australie, où Brice Lalonde est envoyé pour inviter en France le Premier ministre Hawke. Dans un contexte où le GIEC vient d’être créé et où « Time » a déclaré la Terre « planète de l’année », la campagne pour la défense de l’Antarctique est menée par le Commandant Cousteau (dont la pétition, bien avant les réseaux sociaux, rassemble plus d’un million de signatures en un mois !), Greenpeace et soutenue par le Quai d’Orsay

Une deuxième table ronde était consacrée au « continent en changement » que constitue l’ Antarctique. Thomas Stocker (université de Berne) a insisté sur la fonte des glaces, la perte massive de masse du continent, le réchauffement eaux et l’acidification progressive de l’océan austral. Françoise Gaill (plate-forme océan et climat) a indiqué que l’élévation estimée du niveau de la mer est passée de 60 cm à 2 m en dix ans, et que la
disparition de la couche de glace entraîne une baisse du nombre de manchots empereurs. Anne-Catherine Ohlmann (université de Grenoble) a présenté le projet Ice Memory, archive mondiale de carottes de glaces des glaciers les plus menacés partout dans le monde, qui seront stockées en Antarctique, notamment à la base Concordia. Un projet franco-italien qui s’étend au niveau mondial.
Dans une allocution à la fois vivante et documentée, Serge Segura, Ambassadeur chargé des océans, a évoqué l’histoire de la présence française en Antarctique de la fin du XIXe siècle à nos jours.

La dernière table ronde a été consacrée aux aires marines protégées. Le Pr Philippe Koubbi (Muséum d’histoire naturelle de Paris) a souligné qu’elles sont nécessaires à cause du changement climatique, avant de les passer en revue (Orcades sud, Mer de Ross…). Anne Gaelle Verdier a présenté les
TAAF (Terres australes et antarctiques française), « un gouvernement local sur 2 millions de km 2 », riches de très fortes concentrations d’oiseaux marins (47 espèces), de mammifères marins, d’invertébrés, de flore… Les TAAF ont créé une réserve naturelle de 672 969 km2, essentiellement marine, qui est la 6e aire marine protégée au monde en termes de surface, et est candidate pour la liste verte de l’Uicn et le patrimoine mondial de l’UNESCO.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les débats de cette riche journée ont été conclus par Nicole Aussedat (Fondation Pew) au nom de l’ASOC, et par l’explorateur Jean-Louis Etienne. La présence de nombreux « grands anciens » de Greenpeace (dont Rémi Parmentier, Kelly Rigg, Arnaud Apotheker…) a permis de rendre un hommage informel au rôle de cette ONG dans le combat pour la protection de l’Antarctique.

 

Laurent SAMUEL

 

Pour en savoir plus

Sur Twitter #Antarctica2020

Archives Options Futurs

ONU

  • colloque sur l’antarctique/ 29 JUin2017, Hommage à Michel Rocard…et à Greenpeace

    Le colloque sur l’Antarctique qui se tenait le 29 juin dernier à l’Institut océanographique de Paris a été l’occasion de […]

    Michel RocardOcéansONU
  • 17 juin : la Journée internationale de lutte contre la désertification

    Elle était consacrée cette année aus moyens de faire face à l’insécurité alimentaire qui menace les milliards de personnes vivant […]

    accaparement des terresagricultureaide publique au développementDominique Martin Ferrarimonique BarbutONU
  • En Afghanistan des hommes défilent en burqa pour le droit des femmes

    Pour afficher leur solidarité avec les femmes, des hommes ont revêtu des burqa et ont manifesté jeudi 5 mars dans […]

    femmesONU
  • TV5 Monde et les femmes

    le 8 mars, TV5MONDE (mobilisée 365 jours par an pour la cause !) propose une programmation spéciale sur tous ses […]

    ODDONU
  • Les négociations sur les ODD ont repris cette semaine à l’ONU

    Les réunions sur les ODD ont repris cette semaine à l’ONU : après les travaux des groupes ouverts et les différents […]

    aide publique au développementobjectifs du developpement durableODDONU
  • Lima IV (11 décembre) : un mur à abattre

    Qui dira qu’un sommet onusien ne fait pas avancer le monde ?   Il suffit qu’un pays héberge une grande conférence […]

    COP 20 LIMADominique Martin Ferrarifinancement climatNations UniesONU
  • Lima III (9 décembre) : les ministres se réunissent

    Les négociations internationales sur le climat entrent aujourd’hui 9 décembre à Lima dans une deuxième semaine décisive pour garder l’espoir […]

    COP 20 LIMADominique Martin FerrariNations UniesONU
  • 3° rencontres internationales de Reims : Vers un nouveau contrat social

      19/ 20 Juin 2013 : des chercheurs venus de Boston, de Genève, d’Amsterdam, de Bruxelles, de Nairobi, de Delhi se […]

    objectifs du developpement durableONUoptions futurs 20
  • Panel de Haut niveau , agenda mise en oeuvre des ODD

    http://www.acordinternational.org/acord/fr/nos-actions/a/nouvel-agenda-de-dveloppement-post2015/panel-de-haut-niveau/

    objectifs du developpement durableODDONU
  • mise en oeuvre des ODD post 2015 (dossier en cours d’élaboration) , Dominique Martin Ferrari

    Processus pour identifier les objectifs de développement durable (ODD) La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) de juin […]

    Dominique Martin Ferrariobjectifs du developpement durableONU