Plaidoyer pour la frugalité

Le « Manifeste pour la frugalité heureuse » lancé par trois pionniers du bâtiment durable, l’architecte urbaniste Philippe Madec, l’architecte Dominique Gauzin Muller et l’ingénieur Alain Bornarel, a été lancé en début d’année. Pour les trois signataires une civilisation se termine et nous devons en bâtir une nouvelle, car elle ne fonctionne pas sans croissance et cette croissance détruit les ressources naturelles. Or nous sommes fondamentalement dépendants des écosytèmes et interdépendants. Partant du constat de l’urgence climatique, du rapport du GIEC, de l’alarme qui sonne de tous côtés, ils considèrent que les choix politiques ne sont pas à la hauteur des enjeux : constructions neuves plutôt que réhabilitations (un choix qui supprime tous les 10 ans l’équivalent d’une surface d’un département en terres agricoles), la révision à la baisse des engagements, les initiatives prises ensuite reportées, le retour en arrière de la RT2012, mais surtout pour les trois signataires l’objectif de 50% de nucléaire dans le mix énergétique reporté « aux calendes grecques ». Les professionnels du bâtiment et de l’aménagement ne peuvent se soustraire à leur responsabilité. Leurs domaines d’action émettent au moins 40% des gaz à effet de serre pour les bâtiments et bien plus avec les déplacements induits par les choix urbanistiques. ».

Le texte a été signé à ce jour par 3 500 homologues, architectes, ingénieurs, urbanistes, paysagistes, mais aussi des enseignants, des philosophes, des élus… 42 pays de tous les continents. On a le sentiment, souligne Philippe Madec, que le peuple de l’écoresponsabilité se met à exister ensemble, et constate qu’il y a parmi les signataires quelques communes rurales de combat comme Langouet en Ile-et-Vilaine.   Force est donc de constater que ce refus de l’immobilisme, du techno-scientisme, de la recherche d’une autre voie, ne sont pas les états d’âme d’un seul  petit milieu d’initiés, mais fait écho aux attentes de très nombreux professionnels du bâtiment et de l’aménagement, attestant comme ils le pressentaient que « des graines du possible » germent partout dans le monde. Un monde nouveau est en train de naître, avec les secteurs collaboratifs, la mutualisation, la sobriété, la permaculture…

Frugalité dans les matériaux Dans le bâtiment il faut favoriser le « low tech ». Nous savons nous passer de matériaux qui gaspillent les ressources : la construction bois n’est plus réservée aux maisons individuelles, la terre crue progresse de 10% chaque année favorisant les savoir faire locaux, les isolants biosourcés (paille, chanvre…) progressent également. Mais nous avons besoin de donner de la visibilité à cette production souligne Alain Bornarel et Dominique Gauzin Muller se demande si on doit faire de ces nouvelles techniques des filières industrielles ou chercher un autre mode d’organisation de la production.

Frugalité en énergie Des bâtiments sains, agréables à vivre, avec ventilation naturelle, voire sans chauffage. La conception bioclimatique permet de réduire au strict minimum les consommations d’énergie, tout en assurant un confort accru.

Frugalité pour le territoire Le bâtiment frugal tient compte du contexte de son implantation. Il s’inspire des cultures, du territoire, il emploie avec soin le foncier et les ressources locales. Il favorise tout ce qui allège son empreinte écologique et tout ce qui le rend équitable et agréable à vivre

Les signataires en sont convaincus, le maintien des solutions architecturales, urbanistiques d’hier ainsi que les modes actuels d’habiter, de cultiver, de s’alimenter, se déplacer… est incompatible avec la tâche qui incombe à nos générations : contenir puis éradiquer les dérèglements globaux. Nous devons donc changer radicalement de mode de vie, de formes de production, de conception des villes et d’aménagement des territoires. La planète ne peut pas soutenir notre société productiviste et consumériste. Pour y arriver nous avons besoin de toute l’imagination politique, de toute la générosité morale et de toute la créativité technique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives Options Futurs

Voir aussi

  • ODD : LA FRANCE PEUT MIEUX FAIRE

    Il faut accélérer la transition écologique et solidaire.   C’est ce que révèle le sondage IFOP sur la notoriété des ODD […]

    4D
  • NOUS NE VOULONS PLUS ÊTRE DES COBAYES

    Il faut des contrepouvoirs lorsqu’il y a une omerta sur les données des observatoires de la santé, dont de plus […]

  • Assises de la mer : Sete 14 JUin

    Donner un nouvel élan à l’économie marine Le premier ressenti de cette rencontre est la volonté d’une réorganisation massive des […]

    mediterranéeOcéans