Les assises de bordeaux: l’opportunité du réchauffement continue de se décliner pour les élus français

Mardi 24 Janvier, et pour trois jours , s’ouvraient la 18° édition des Assises devenues européennes de la Transition Énergétique, avec cette année plus de 3400 inscrits Une année s’écoule entre deux assises et c’est le rendez-vous où l’on mesure le chemin parcouru par son territoire et par celui des autres. En 2017, elles se dérouleront dans le Grand Genève carrefour entre la France et la Suisse

 

En ouverture ,Alain Juppé, Maire de Bordeaux, s’est exprimée sur les nouvelles perspectives en matière « d’après COP 21 » , en marche vers une transition énergétique durable. Ce sont désormais sur les collectivités territoriales, que repose la mise en œuvre des solutions car ce sont les territoires qui sont en première ligne pour agir. Les initiatives privées et publiques se multiplient sur la mobilité, la planification urbaine, la gouvernance alimentaire, l’habitat. L’énergie est toujours au cœur de ces évolutions.

 

Alain Juppé est revenu sur un des grands sujets de la COP 22 de Marrakech : « La transition énergétique n’est pas une contrainte, c’est une opportunité ».

  • opportunité écologique de réduire nos émissions de gaz à effet de serre

opportunité pour la santé, de réduire pollution et nuisances . On en prend conscience aujourd’hui aux regards des pics de pollution à répétition. Ces derniers mois ils se sont enchainés. Avec 48 000 Décès par an et un coût de 100 miliards pour la société. Les réponses tardives comme la circulation alternée ne suffisent pas. Aux regards des enjeux, les PPA (Plan de protection d’atmosphère) doivent permettre d ereconquèrir un air plus pur

opportunité pour la santé mais aussi pour l’économie et l’emploi. En France le potentiel dans le seul secteur des énergies renouvelables représente 170 000 emplois. Il est de 350 000 en Allemagne, de 8 millions sur la planète. Et à l’horizon 2030, ce sont 25 millions d’emplois dans ce secteur qui sont prévus à l’échelle de la planète. « L’essor du carrefour des métiers et de stages proposés le prouve :60 intervenants, des dizaines de débats et de tables rondes, 1000 inscrits, plus de 300 offres d’emplois «

La transition énergétique est aussi une opportunité financière : la maitrise de la demande, l’exploitation d’énergies renouvelables ou de récupération, représente en effet des coûts économisés et des recettes nouvelles.

 

L’une des caractéristiques importantes liées à l’efficacité énergétique par la production et la distribution décentralisée de l’énergie, est de ne pas être délocalisable.

Si les gouvernements locaux que nous représentons veulent davantage de décentralisation et d’autonomie c’est aussi pour tisser entre eux des relations nouvelles faites d’entre-aide, de complémentarité, de solidarité au grès de nouvelles relations avec les territoires ruraux voisins qui fourniront à nos villes une part de l’énergie dont elles auront besoin et auxquels elles offriront dans un échange fructueux et équilibré les services qui leurs sont nécessaires : services urbains mutualisé, apport d’expertises, aide a l’innovation… Un nouveau gagnant-gagnant. »

 

Sur l’ensemble de ces points, Bordeaux a pris de l’avance : « Avant même d’adopter notre prochain Plan Climat Air Energie Territoire , Bordeaux Métropole a déjà acté en 2016 un choix stratégique, celui d’être une référence européenne de la haute qualité de vie en 2030 en intégrant donc la transition écologique énergétique et le développement durable partagé avec les 28 communes

qui constituent notre métropole, tentant de maintenir ce qui est aujourd’hui l’image du territoire avec ses 50% d’espaces urbanisés et 50% d’espaces naturels agricoles et forestiers «

« Notre ambition est de devenir l’une des premières métropoles à énergie positive avant 2050 «  a rappelé Alain Juppé. Sur cette revendication, Bordeaux n’est pas seul. Déjà la présidente de la région Occitanie a fait la même promesse le mois dernier. Plusieurs agglomérations se sont également inscrites dans la course. Rejoignant également l’appel des maires européens et l’appel des maires présenté en Octobre dernier au sommet onusien Habitat 3. Bordeaux métropole se donne pour objectif d’atteindre les 3 x 20 en 2020, et 50 000 logements sont en cours d e réhabilitation/ L’opération « Ma rénov’ », plateforme locale de rénovation grâce au soutien financier de l’ADEME et en partenariat avec l’agence locale de l’Energie, Climat, facilitera le passage à l’acte qui malheureusement met du temps à se concrétiser.

D Martin Ferrari

Archives Options Futurs

Voir aussi

  • Les assises de bordeaux: l’opportunité du réchauffement continue de se décliner pour les élus français

    Mardi 24 Janvier, et pour trois jours , s’ouvraient la 18° édition des Assises devenues européennes de la Transition Énergétique, […]

    accord de ParisbâtimentClimatcop 22elevtricitéénergie
  • CODE MINIER : le serpent de mer… Et ce n’est pas fini

    A moitié résolu , le débat sur le code minier a été enteriné par une proposition d e loi (PPL) […]

    foret tropicalegaz de schisteGuyane
  • A Marrakech: l’adaptation méditerranéenne récompensée

    L’adaptation au changement climatique, une priorité pour la région Méditerranée La région méditerranéenne est particulièrement vulnérable aux effets du changement […]

    cop 22mediterranéeNations Unies