La 16° conf d ela CITES vient de s’ouvrir

La 16ème conférence de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) rassemble des représentants de 177 pays afin d’étudier les propositions de protéger les populations décroissantes d’animaux et de plantes menacées par le braconnage, les récoltes et la diminution d’habitat.

Dan Ashe, le directeur du Service de la pêche et de la faune sauvage des États-Unis (US Fish and Wildlife Service – USFWS)  a confirmé la  » crise d’extinction  » qui menace de nombreuses espèces de plantes et d’animaux à travers le monde. La CITES protège désormais presque 5.000 espèces animales et 29.000 plantes, mais ne dispose pas des moyens pour le faire. Les agents de la protection de la faune sauvage ne bénéficient souvent que de peu de moyens pour protéger une vaste région sauvage. Ils doivent lutter contre des adversaires motivés par l’appât des gains énormes du marché noir. Selon l’USFWS, les débats tourneront surtout autour de la protection des éléphants, des rhinocéros, des ours polaires et des requins.

Archives Options Futurs

Voir aussi

  • images

    Amende dérisoire pour la pollution de la Crau aux hydrocarbures . La société SPSE (filiale de 16 sociétés pétrolières dont Total, ExxonMobil et BP ) a été condamné à environ 77.000 euros d’amendes et 400.000 € de dommages-intérêts soit trois fois moins que les réquisitions du parquet

    pollution
  • images

    C’est ce qui nous attend avec le TAFTA sur toutes les restrictions d’accés aux ressources stratégiques ou non…. Saisie en 2012 par les Etats-Unis, l’Union européenne et le Japon, l’Organisation mondiale du commerce confirme que les mesures prises par la Chine pour limiter les exportations de terres rares ne sont pas conformes aux règles du libre-échange.

  • frelon

    Les abeilles aussi choisissent la ville. La biodiversité y est elle plus riche?On compte en France plus de 900 espèces d’abeilles sauvages et beaucoup sont en déclin, comme les bourdons. Les chercheurs de l’Inra, en collaboration avec l’association naturaliste Arthropologia, ont conduit la première étude exhaustive en Europe pour évaluer l’impact de l’urbanisation sur la communauté d’abeilles sauvages. Sur les 24 sites plus ou moins urbanisés étudiés autour de Lyon, 291 espèces d’abeilles ont été recensées. Même si leur effectif baissait avec le degré d’urbanisation, le nombre d’espèces présentes était à son maximum dans les milieux périurbains et 60 espèces, richesse considérable, ont été trouvées dans le site le plus urbanisé.

    abeillebiodiversitéLa ville