fin du groupe écologiste au sénat: ils ont beaucoup travaillé

Présent depuis 2012, le groupe était composé de 10 sénatrices et sénateurs

COMMUNIQUE:

Les sénatrices et sénateurs écologistes prennent acte de la décision d’André Gattolin de quitter le groupe écologiste du Sénat pour rejoindre celui de « La République En Marche ! », ce qui a pour conséquence directe d’entrainer la disparition du groupe écologiste du Sénat, privant ses membres de temps de parole et de moyens humains pour continuer de porter la parole écologiste au sein de l’Institution.

Membres du premier groupe écologiste de l’histoire du Parlement Françsais en 2011, les sénatrices et sénateurs écologistes sont fiers du travail accompli durant cette mandature.

Ils ont permis des avancées importantes sur de nombreux sujets portés historiquement par les écologistes : loi sur les lanceurs d’alerte, loi sur les ondes électromagnétiques, loi encadrant l’utilisation des produits phytosanitaires, loi supprimant la publicité dans les programmes de télévision jeunesse, avancées en matière de droits des LGBT, promotion de la défense verte, actions en faveur de la santé environnementale et d’une agriculture responsable.

Ils ont également été des précurseurs en lançant des débats inédits au Sénat : pesticides néonicotinoïdes, lutte contre les perturbateurs endocriniens, légalisation contrôlée du cannabis, obsolescence programmée, revenu de base ou en matière de transparence en étant parmi les premiers à publier -avant que cela ne devienne obligatoire- l’ensemble des subventions octroyées dans le cadre de la réserve parlementaire.

Le groupe écologiste usa de son temps et de sa liberté de parole pour dénoncer les lobbys, les conflits d’intérêts, et remettre en question l’inertie de l’Etat sur de nombreux sujets : indemnisation des victimes d’essais nucléaires, amiante, déontologie de l’expertise, scandale du diesel, lutte contre la pollution de l’air, situation dramatique des populations amérindiennes de Guyane.

Aujourd’hui, l’urgence écologique est telle que l’écologie politique reviendra tôt ou tard en force dans les Institutions.

A court terme, bien que privés de groupe, les sénatrices et sénateurs écologistes, continueront le temps de la session extraordinaire du mois de juillet, de faire entendre leur voix singulière, dans le respect de leurs idéaux d’autonomie, de solidarité et de responsabilité.

 

Jean Desessard, Leila Aïchi, Aline Archimbaud, Esther Benbassa, Marie-Christine Blandin, Corinne Bouchoux, Ronan Dantec, Joël Labbé, Hervé Poher.

Archives Options Futurs

Voir aussi

  • le marché carbone , on en parle mais….

    À la COP23, le marché du carbone retrouve la cote Par :  Aline Robert |  EURACTIV.fr   Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, serrant […]

    accord de ParisClimatEurope
  • vision dynamique de la lutte contre le réchauffement de notre collègue du Journal de l’environnement, Valery Laramée

    La preuve que la société s’y met : seul moyen d’y parvenir Un rapport onusien montre l’implication croissante de la […]

  • adaptation et résilience dans les territoires outremer

    Une contribution au débat en cours sur l’adaptation . opuscule de 22 pages rédigé par Dominique Martin Ferrari ADAPTATION ET […]

    adaptation