Philosophie politique/ relations internationales :La revanche des passions, métamor-phoses de la violence et crises du politique, Pierre Hassner, ed fayard sciences po

Pour saisir les dynamiques de notre monde complexe et mouvant, il nous faut reprendre l’analyse de la guerre et de la paix et, avec elle, toutes nos catégories de la philosophie politique. Nous comprendrons ainsi quel rôle jouent les passions, leur circulation, leur interaction, leur équilibre et déséquilibre, non seulement dans le déclenchement des conflits mais aussi dans leur possible dépassement. C’est tout le problème du politique que de penser la coexistence possible entre citoyens, alliés et adversaires à l’intérieur d’un ordre global commun. A l’heure où la mondialisation met en question la cohérence de l’État national, les conflits interétatiques cèdent le pas aux guerres civiles, au terrorisme et à la montée de la violence sociale.
Ce déchaînement des passions est-il à l’origine des bouleversements actuels, ou en sont-ils la cause ?
Les relations internationales sont devenues illisibles, les théories d’un monde bipolaire, multipolaire ou autre sont désormais incapables de rendre compte des événements et tous les « ismes » sont dévalués, surtout, peut-être, le réalisme ; A propos de la guerre d’Algérie, Raymond Aron avait déjà souligné les limites du « réalisme » : « Ceux qui croient, disait-il que les peuples suivront leurs intérêts plutôt que leurs passions n’ont rien compris au XXème siècle ».
Crises nationales et désordre international
Pierre Hassner cite deux théoriciens des rela-tions internationales qui avaient conscience au moins de cette complexité contradictoire, Zbigniew Brzezinski et Raymond Aron. Le premier écrit que « le grand défi d’aujourd’hui n’est pas l’hégémonie mais le désordre » et Raymond Aron, en 1951 déjà, dans « Les Guerres en chaine », un livre centré sur la première guerre mondiale, avait montré « les surprises de la rencontre des séries. »
Usures des doctrines
« pendant une quarantaine d’années , j’ai présenté dans mon enseignement ce que j’appelais le cercle des idéologies, qui co prenait le libéralisme, le marxisme, l’anarchisme et le fascisme…. Ce schémas a en grande partie perdu son sens. Aujourd’hui, on se contenterait d’un classement des attitudes et situations : sur un axe vertical, l’oligarchie financière ou technocratique contre le populisme, et sur l’axe horizontal, le particularisme (national ou ethnique) contre l’universalisme (juridique et globalisant) »(p 19 et 23) Dans les années 1970, en France, on croyait que la mondialisation allait standardiser les affects, que les passions étaient vouées à la disparition. « Mais le gonflement des religions, du nationalisme, des populismes… est venu mettre en cause certains acquis de la modernité. Négatives ou positives, ces passions ont dessiné une géopolitique nouvelle. »
« Aujourd’hui entre les élites au pouvoir, l’ « establishment », et le soi-disant « peuple » se creuse une opposition sans parole, sans concept, dont se nourrit le populisme de droite ou de gauche. La mondialisation diminue probablement les inégalités entre nations, mais elle renforce celles qui existent à l’intérieur de chaque pays, contribuant ainsi au développement de ce ressentiment qui fait plier la raison. »

Pierre Hassner est spécialiste des relations internationales et des problèmes géopolitiques. Il s’est notamment intéressé à des sujets tels que les conflits, la violence et la pacification, ou encore les enjeux politiques internationaux. Prix Alexis-de-Tocqueville 2003

La sortie du livre a donné lieu, le lundi 12 octobre, à un débat au CERI, à Paris, avec l’auteur, Jean-Claude Casanova, Bruno Tertrais et Alain Dieckhoff.
Dominique Martin Ferrari

Parcourez les news
Dernières parutions
  • La France en retard sur la video à la demande . Un créneau reste ouvert

    COMMUNIQUE Nielsen : 65% des consommateurs dans le monde regardent des vidéos à la demande – mais seulement 39% en […]

    A savoir
  • Philosophie politique/ relations internationales :La revanche des passions, métamor-phoses de la violence et crises du politique, Pierre Hassner, ed fayard sciences po

    Pour saisir les dynamiques de notre monde complexe et mouvant, il nous faut reprendre l’analyse de la guerre et de […]

    Activités
  • Quelles solutions face au changement climatique ? CNRS éditions, 22€, 380 pages

    L’ouvrage a réussi à voir le jour au moment où s’ouvrait la COP 21. Il a été codirigé par Bettina […]

    Activités